« Le bassiste réunionnais, parti se ressourcer en 2003 en Espagne, en a ramené  Entre Mar de cristal y Esperanza (…) On a rendez-vous avec une rencontre prolixe et inédite entre filip Barret qui reprend avec bonheur sa basse Fender et le saxophoniste-flûtiste Jorge Pardo, grand nom du jazz en son pays. Autour de thèmes composés par Filip Barret, les deux musiciens se livrent à un dialogue délicat et inventif qui fait souffler un grand vent de liberté sur l’enregistrement (…) On doit cette impression à la simplicité et à l’écoute qui règnent au cœur de ce duo d’équilibristes »
 
Vincent Pion/le Quotidien de la Réunion /08/06/04.
 
 
« Un CD envoûtant où les deux musiciens donnent la pleine mesure de leur talent. La fusion entre le jazz, le maloya et le flamenco prouve, une fois de plus que la musique n’a pas de frontières. Une démarche qui caractérise la carrière de Filip Barret depuis maintenant près de vingt ans. »
 
Michel Zitte/le Quotidien de la Réunion/27/03/04.  
 
« Une nouvelle expérience qui vient enrichir le palmarès de cet artiste altruiste, d’une grande sensibilité, qui porte la musique en lui, et cherche de nouvelles expressions pour nous la faire partager.
 
Eséfany/Témoignages/08/04/04.
 
« Pointure du jazz et du maloya, Filip Barret aime la musique réunionnaise et le revendique. Aujourd’hui il sort son album Entre Mar de cristal y Esperanza, un opus bourré d’images, de moments solitaires dans les rues de Madrid, où il vient de passer une année. On adore ! »
 
Femme Magazine/15/04/04.
 
« Une expérience humaine et musicale qui nous ramène à cette idée de musique comme langage universel. Peut-être même à une certaine idée de la Réunion. Filip Barret (basse) le maloya chevillé au corps et Jorge pardo (sax/flûte), pétri de flamenco, se retrouvent à Madrid et déroulent un dialogue apaisé en 7 titres lumineux, chacun exprimant ses arguments par la bouche du jazz. Ces deux-là ont su privilégier l’émotion à l’esbroufe technique, et on leur sait gré ! »
 
Mike/Kwélafé/n°10/juin 2004.
 
 
 
PRESSE